À mon époque (« Tu as eu de la chance ! »), le cannabis (nous l’appelions « marijuana » ou « dope » et non « pot » ou « herbe », bien que le cannabis soit une mauvaise herbe) semblait être une affaire à petite échelle. . L’un d’eux a acheté un sac et l’a partagé avec des amis. Rouler un joint était une compétence à la fois nécessaire et partagée avec les autres. Et le hit ressemblait beaucoup plus à de la bière qu’à des spiritueux ; vous pourriez vous allonger, mais vous ne tomberiez pas. Et un bang était une technologie vraiment avancée !

Avance rapide jusqu’en 2021, où le cannabis est la culture de rente n°1 aux États-Unis, évalué à 35,8 milliards de dollars (2006), par rapport au maïs (23,3 milliards de dollars) et au blé (7,5 milliards de dollars). Puis avance rapide jusqu’à 2021:06, été de vaccination. Forbes :

Ben Kovler, fondateur et directeur général de Green Thumb Industries, une entreprise de cannabis basée à Chicago, présente dans 12 États, se prépare à vendre plus d’herbe que jamais cet été.

Mercredi, Kovler a organisé une coupe de ruban après avoir augmenté la capacité de l’usine de production de 250 000 pieds carrés de GTI à Oglesby, dans l’Illinois, où sa société cultive des fleurs de cannabis, produit des joints pré-roulés, fabrique des produits comestibles infusés de THC et gère une gamme de boissons au cannabis. Juste avant le week-end du Memorial Day, alors que les restrictions de Covid-19 à travers le pays se relâchent et que près de la moitié des Américains sont désormais vaccinés, Kovler dit que GTI se concentre sur son objectif de produire autant de produits que possible pour suivre ce qui sera un été- longue poussée de la demande.

« Les années folles sont lancées », déclare Kovler. « C’est une demande sans précédent et nous faisons de l’offre, rien d’extraordinaire de notre part. »

Tout au long de la pandémie, l’industrie du cannabis a enregistré des niveaux de consommation record. Les Américains ont acheté pour 17,5 milliards de dollars de marijuana en 2020, soit une augmentation de 46% par rapport à 2019, et les ventes légales annuelles atteindront 41 milliards de dollars d’ici 2025, selon Cowen. Pourtant, maintenant que l’économie se rouvre, une autre poussée de la demande frappe l’industrie du cannabis. « Les gens veulent également consommer pendant les bons moments énergétiques – c’est un raz-de-marée de la demande », explique Kovler. « Le soleil est là, les gens voient des amis qu’ils n’ont pas vus depuis longtemps sortir de la pandémie. Le cannabis fait évoluer l’expérience américaine.

Jolie petite industrie. Le seul nuage à l’horizon est que « faire évoluer l’expérience américaine » avec le cannabis est une catastrophe écologique, tout l’inverse du vert que suggèrent les feuilles vertes du cannabis. De Jason Quinn et Hailey Summers dans Nature, « Les émissions de gaz à effet de serre de la production de cannabis en intérieur aux États-Unis » :

Dans cette étude, nous avons analysé l’énergie et les matériaux nécessaires pour cultiver du cannabis à l’intérieur et quantifié les émissions de gaz à effet de serre (GES) correspondantes en utilisant la méthodologie d’évaluation du cycle de vie pour une frontière de système du berceau à la porte. L’analyse a été réalisée à travers les États-Unis, incentive tenant compte des variations géographiques dans les données d’émissions météorologiques et électriques du réseau. Les émissions de GES du cycle de vie qui en résultent varient, selon l’emplacement, de 2 283 à 5 184  kg d’équivalent CO2 par kg de fleur séchée. Les émissions de GES du cycle de vie sont largement attribuées à la production d’électricité et à la consommation de gaz naturel provenant des contrôles de l’environnement intérieur, des lampes de culture à haute intensité et de l’apport de dioxyde de carbone pour une croissance accélérée des plantes.

(Oui, ils pompent en fait du CO2 dans les maisons de culture.) En ce qui concerne la consommation d’énergie, de OilPrice.com, « The Cannabis Industry’s Dirty Energy Secret » (de 2020, avant l’étude Nature):

En 2014, le NPCC a établi qu’il faut 4 000 à 6 000 kilowattheures (kWh) d’énergie pour produire un seul kilogramme de produit à base de marijuana. Les coûts d’électricité peuvent représenter 20 % du coût total de la production de cannabis.

En 2015, on estimait qu’une installation intérieure de 5 000 pieds carrés dans le comté de Boulder consommait environ 41 808 kilowattheures par mois, soit près de 66 fois la consommation moyenne d’un ménage dans le comté. Plus de deux pour cent de la consommation d’électricité de la ville sont allés à la production de marijuana.

Evan Mills, un scientifique du Lawrence Berkeley National Laboratory, affirme que la production de La marijuana légale aux États-Unis consomme 1% de l’électricité totale, soit 41,71 milliards de kilowattheures (kWh) d’électricité, pour un coût de 6 milliards de dollars par an.

C’est assez d’énergie pour alimenter 3,8 millions de foyers ou l’ensemble de l’État de Géorgie. La production d’autant d’électricité génère 15 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre (CO2), soit environ ce que trois millions de voitures moyennes produiraient en un an.

En fait, le chiffre pourrait être bien supérieur à 1%. Dans le Massachusetts, d’après Cannabis Business Times :

Les installations de culture de cannabis en intérieur dans le Massachusetts consomment environ 10 % de toute la consommation d’électricité industrielle de l’État, selon une estimation du Northeast Sustainable Cannabis Project.

Dans le Colorado, de CBS Denver :

Selon un rapport du Département de la santé publique et de l’environnement de Denver, la consommation d’électricité issue de la culture du cannabis et d’autres produits est passée de 1 % à 4 % de la consommation totale d’électricité de Denver entre 2013 et 2018.

Les auteurs de la Nature article décompose les enjeux énergétiques[1] dans The Conversation :

La production de cannabis en intérieur est une source majeure d’émissions de gaz à effet de serre, et les effets environnementaux varient considérablement selon l’endroit où il est cultivé, selon notre nouvelle étude.

Les lampes utilisées pour faire pousser de l’herbe à l’intérieur consomment beaucoup d’électricité, mais les installations nécessitent beaucoup d’énergie pour maintenir un environnement confortable pour les plantes. Cela signifie que les climatiseurs ou les appareils de chauffage maintiennent des températures appropriées. Les producteurs pompent également du dioxyde de carbone à l’intérieur pour augmenter la croissance des plantes. Cela représente 11 à 25 % des émissions de gaz à effet de serre des installations.

Mais la plus grande consommation d’énergie vient de la nécessité d’apporter constamment de l’air frais dans les installations de culture. Tout cet air extérieur doit être traité pour que la température et l’humidité soient correctes. Il s’agit d’un processus très énergivore car le taux de renouvellement d’air est généralement très élevé.