Nous venons d’organiser un séminaire entreprise à Boston pour un groupe de 25 personnes. C’est l’occasion toute trouvée pour rappeler combien la ville est une destination très attractive pour organiser votre séminaire ou voyage de remerciement.

Boston n’est pas la première destination de séminaire qui vient en tête. Pourtant, c’est la ville américaine préférée de nombreuses personnes. Elle se démarque à bien des égards des autres célèbres. Élégante, raffinée, bercée d‘histoire, elle accueille deux des meilleures universités du monde à Cambridge, sur l’autre rive de la rivière Charles : Harvard et le Massachusetts Institute ofTechnology (MIT). Il se dégage de Boston une assurance très agréable. Son centre-ville est ramassé – une rareté dans les villes américaines – et se parcourt aisément à pied. C’est une ville où il fait bon vivre.
De fait, les visiteurs aiment découvrir la ville à pied, en cheminant sur le Freedom Trail (un itinéraire touristique de 4 kilomètres pavé de brique et menant à des sites emblématiques). Cet itinéraire porte le nom de « liberté » en raison du rôle majeur que Boston a joué dans la guerre de l’Indépendance américaine. Alors qu’elle n’était qu’un port prospère de la côte Atlantique, elle a en effet subi de plein fouet la taxe imposée par le Parlement britannique de Londres ; pour montrer leur mécontentement, des patriotes ont jeté par-dessus bord une cargaison de thé ; c’était la fameuse Boston Tea Party de 1773, qui allait constituer le premier acte des événements qui ont conduit au conflit armé en avril 1775. Le Freedom Trail passe par le vieux cimetière de Granary où reposent Paul Revere et d’autres héros de la révolution.

seminaire-entreprise-boston.jpg

La Déclaration d’indépendance fut proclamée au balcon en 1776 à la State House, un superbe bâtiment de brique datant de 1713 : les statues d’un lion et d’une licorne – emblèmes de la Couronne britannique – sont encore juchées sur le pignon. Le Faneuil Hall, à la fois marché et lieu de rassemblement aménagé en 1742, a vu le père fondateur Samuel Adams se rallier à la cause indépendantiste des Bostoniens ; George Washington y vint assister à un dîner officiel en 1789. Aujourd’hui, le Faneuil Hall fait partie, avec le Quinq Market d’architecture néoclassique construit dans les années 1820, d’un vaste projet de rénovation urbaine. La demeure de Paul Revere, le plus ancien bâtiment de Boston (1680), se dresse plus au nord, puis vient l’église d’Old North (1775), la plus ancienne église de Boston encore en activité, et enfin le Charlestown Bridge qui enjambe le cours de la Charles. Boston est la capitale du Massachusetts et est aussi la plus grande ville de l’État. Au XIXe siècle, beaucoup de familles irlandaises y émigrèrent, surtout après la Grande Famine. L’un de ces migrants s’appelait Patrick Kennedy, arrière-grand-père de John Fitzgerald Kennedy, dont la mémoire est honorée par la bibliothèque et le musée du président John Fitzgerald Kennedy, un sublime ensemble architectural noir et blanc érigé en bord de mer et conçu par Ieoh Ming Pei (le créateur de la pyramide du Louvre à Paris). Riche, Boston se dote d’une élégance confortable, qui s’exprime par exemple à Beacon Hill, avec ses résidences de brique sagement alignées le long d’allées pavées et ombragées, certaines toujours éclairées par des lampes à gaz. La prospérité permet aussi des investissements culturels d’envergure internationale, comme l’Orchestre symphonique, fondé en 1881. Le musée des Beaux-Arts (1870) abrite quant à lui une extraordinaire collection de quelque 450000 Å“uvres d’art, de l’Antiquité à nos jours – notamment des toiles de Constable, Turner, Manet, Gauguin, Van Gogh, Degas et bien d’autres.

Dans le quartier de Fenway, le musée Isabella Stewart Gardner célèbre – à une moindre échelle, plus intimiste – une collectionneuse passionnée qui a rassemblé des oeuvres de Piero della Francesca, Titien, Botticelli, Raphaël, Rembrandt, Matisse et John Singer Sargent, ainsi que des antiquités, du mobilier et autres trésors. L’ensemble est conservé dans un palais à l’italienne qu’elle a imaginé au début du XXe siècle, mais qui a été agrandi en 2012 dans un style radicalement novateur : un cube de verre signé Renzo Piano. Non loin de là, dans le quartier de Back Bay et ses alignements de maisons victoriennes de grès brun, l’église néoromane de la Trinité, construite en 1877, tient son rang à côté de la resplendissante Hancock Tower de I. M. Pei & Partners. Boston témoigne d’un talent inné pour marier l’ancien et le nouveau, fièrement enracinée qu’elle est dans le passé, mais manifestant aussi beaucoup de vitalité et de modernité. Une ville idéale pour un séminaire, bien plus agréable – et à proportions humaines – que ses concurrentes américaines.

A faire absolument lors de votre séminaire à Boston:

  • Naviguer dans la baie
  • Se balader sur l’esplanade de Charles River
  • Admirer l’architecture ancienne à Copley Square
  • Faire une randonnée sur la Freedom Trail
  • Découvrir les libraires d’Harvard Square
  • Expérience speedboat dans la baie
  • Visiter une brasserie artisanale (et déguster la bière)
  • Déguster le homard local
  • Visiter l’ICA (institut d’art moderne)
  • Assister à un match des Red Sox à Fenway Park
  • Se perdre à l’étang de Walden