• 20Nov
    Categories: Amériques, Tous les articles Commentaires fermés sur Séminaire nature sur la John Muir Trail

    Si vous aimez les expériences nature pour votre séminaire, alors cette expérience est faite pour vous. Nous vous proposons un trek, mais qui sera sans doute l’un des plus marquants de votre vie : il se passe en effet sur le John Muir Trail, qui peut être qualifié de paradisiaque pour tout amateur de randonnée ! Long de 340 km (ou plutôt de 356, car il s’achève curieusement à proximité du sommet du mont Whitney, et il faut encore parcourir 16 km de sentiers très ardus pour rejoindre « l’Univers des humains »), il part du parc de Yosemite, traverse les forêts nationales d’Inyo et de Sierra, englobées dans les zones protégées de la John Muir Wilderness et de l’Ansel Adams Wilderness, passe par le Devils Postpile National Monument et le Kings Canyon National Park et s’achève dans le Sequoia National Park ! Son tracé serpente à une altitude minimale de 2400 m et franchit six cols (le plus haut à 4009 m). Sur un peu plus des deux tiers, le trajet est commun avec celui de l’épique Pacific Crest Trail : 4 286 km, de la Colombie-Britannique, au Canada, à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Il se scinde également lui- même en une série de tronçons dans chaque zone protégée, pour ceux qui ne disposent pas du temps ou de l’entraînement pour l’affronter en totalité ! À la difficulté du parcours du John Muir Trail s’ajoutent la présence d’ours (il est nécessaire de prendre des précautions particulières quand on campe) et la rareté des points où l’on peut se procurer des vivres. Parmi ces derniers, il faut mentionner le Vermillion Resort, installé dans un cadre superbe, sur la rive du lac Edison. Il offre gratuitement à tous les voyageurs la première nuit et la première bière, en harmonie avec l’esprit de solidarité entre les hommes et la nature tel qu’il apparaît dans les écrits de John Muir. Côté pratique, si vous envisagez de vous lancer, informez-vous sur le moyen d’obtenir les autorisations. Cherchez les conseils concernant la préparation du voyage (notamment à propos de l’équipement et de la possibilité d’envoyer des vivres par la poste aux points de ravitaillement), les étapes, les difficultés rencontrées en chemin, et le comportement à adopter en cas de rencontre avec un ours brun. Il est impératif de se procurer une carte détaillée du parcours ! Enfin, essayez de trouver des compagnons de voyage sur Internet en vous inscrivant à l’un des forums destinés aux randonneurs qui parcourent le JMT chaque été. Un dernier conseil pour la route : l’objet le plus important de l’équipement est la « bear box », un casier métallique étanche où l’on met tout ce qui est susceptible d ‘attirer un ours. Préparez et prenez vos repas à 100 m de distance au moins de votre campement et, la nuit, ne gardez dans la tente aucun produit alimentaire, pas même de dentifrice. Car, curieusement, les ours bruns en sont friands !

  • 12Nov
    Categories: Oceanie, Toutes Destinations Commentaires fermés sur Incentive adrénaline à Queenstown

    Le mois dernier, nous avons eu la chance d’organiser un incentive pour six personnes à Queenstown : une destination de rêve pour tous les mordus d’adrénaline. Et aujourd’hui, on vous la présente. Avec ses 7500 habitants, Queenstown, en Nouvelle-Zélande, a l’air d’une paisible petite ville qui se mire dans l’eau bleue du lac Wakatipu, au milieu des pâturages et des grandioses Alpes des antipodes. On s’attend à y rencontrer des retraites aisés. Mais la ville a une particularité : elle a acquis le surnom (mérité) d’Adrenaline City, car c’est la capitale des sports extrêmes. Les amateurs de sensations fortes viennent du monde entier pour pratiquer les activités les plus improbables et les plus hasardeuses qui puissent venir à l’esprit.

    L’une d’entre elles, devenue célèbre à l’échelle planétaire, en est même originaire : le saut à l’élastique. En effet, il y a quelques décennies, Alan John Hackett a proposé à son compagnon d’aventure Henry van Asch de se lancer, une corde attachée aux chevilles, du pont franchissant les gorges de la rivière Kawarau, aux portes de leur petite ville natale. L’idée lui était venue durant un cours de géographie, en lisant un texte parlant d’une preuve de courage en usage parmi les autochtones du Vanuatu. Aussitôt dit, aussitôt fait. L’expérience s’avéra tellement excitante qu’elle méritait d’être partagée, Les deux jeunes gens décidèrent donc d’en faire une activité rentable : fondée en 1988, leur société est la plus grande entreprise de saut à l’élastique du monde, avec des succursales sur chaque continent !

    Pour les passionnés, le saut du pont surplombant le Kawarau de 43 m est le saut par excellence. Mais depuis 2011, on peut aussi sauter à Queenstown d’une station de lancement aménagée à 134 m au-dessus de la Nevis Gorge, ainsi que de la plate-forme du Ledge Bunsy, suspendue à 400 m de haut, à l’extrémité de la ligne du funiculaire dominant la ville !
    Pour ceux qui souffrent de vertige, un autre natif du lieu a breveté une expérience très en vogue : le jet boating, présenté comme la course en canot automobile la plus excitante du monde, qui se pratique dans la magnifique gorge du Shotover. Cela consiste à monter à bord d’un bolide équipé de deux moteurs turbopropulseurs de 700 chevaux et à se faire secouer pendant une vingtaine de minutes par un pilote qui conduit à une vitesse folle dans la gorge, en évitant de justesse les parois de granite, en slalomant entre les rochers qui affleurent et en effectuant une série de téte-à-queue acrobatiques qui aspergent les curieux présents sur les rives. Cela paraît incroyable, mais cette expérience néo-zélandaise serait salutaire : la thrill therapy (thérapie du frisson) aurait en effet la vertu d’allonger la durée de vie en aoportant au cceur et au cerveau un cocktail d’oxygène, d’adrénaline et d’endorphine.

    Dans la région, le canyoning, le rafting et le kayak sont également des activités courantes. Néanmoins, il est aussi possible de faire des activités plus originales. Comme le white water sledging, qui consiste à descendre les rapides du Shotover sur une sorte de planche de surf munie de poignées. Sensations garanties ! L’été austral, qui a lieu de décembre à février, est idéal pour pratiquer tous les sports extrêmes, mais Queenstown est agréable toute l’année. Et en hiver (de juin à août), le saut à l’élastique est considéré comme une activité tout à fait indiquée après le ski…
    N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez organiser un incentive riche en sensations pour vos collaborateurs !

  • 06Nov
    Categories: Europe, Toutes Destinations Commentaires fermés sur Séminaire randonnée dans le Yorkshire

    Vous recherchez de nouveaux sentiers de randonnée où emmener vos collaborateurs ? Vous souhaitez organiser un séminaire nature, loin de l’agitation du monde ? Et pourquoi pas le Wolds Way, l’une des plus belles destinations qui soit en la matière ? Sauvage, tranquille et parfois même inquiétant, les paysages à couper le souffle du Yorkshire semblent s’étendre à perte de vue. Et c’est au cœur de cette nature que serpente le chemin de randonnée le plus tranquille de Grande-Bretagne, créé il y a 25 ans par un groupe de marcheurs enthousiastes.

    Les 127 km du Yorkshire Wolds Way restent les moins fréquentés des sentiers de randonnées nationaux d’Angleterre. Pour beaucoup, c’est une bénédiction, car on y éprouve un véritable sentiment de liberté et il n’est pas rare de marcher seul pendant plusieurs jours sans rencontrer âme qui vive. Les randonneurs sont davantage susceptibles d’apercevoir un chevreuil en train de brouter ou un faucon crécerelle planant au-dessus de leur tête. Le Yorkshire Wolds Way serpente à travers les champs et les vallées et traverse de ravissants villages. Le panorama y est partout éblouissant, depuis la vue au sud sur le Humber jusqu’aux tours de la cathédrale de Lincoln au début de la randonnée, ou au nord, sur le spectaculaire cap de filey Brigg qui ferme la marche. L’on y traverse le célèbre village médiéval anglais de Wharram Percy, abandonné à l’époque de la peste au XIIIe siècle, et les tumulus de l’âge de bronze disséminés sur les hauteurs des Wolds. Les villages qui bordent le sentier semblent tout droit sortis d’une autre époque. Nul besoin pour autant d’arriver à cheval pour se présenter à l’auberge Ferry Inn de Brough bien que le bandit de grand chemin Dick Turpin ait été arrêté ici même en 1739, après une course célèbre de 322 km depuis Londres sur sa jument Black Bess !

    Si cette destination séminaire vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter pour obtenir un devis !